Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 09:32

Samedi 23 Mai 2009 :

Je vois les avocats au parloir. Ils m'informent qu'une caution a été fixée et que je peux sortir sous liberté conditionnelle. Cela signifie que je dois aller signer devant le juge pénal tous les lundis matin. Ils m'apportent également un nécessaire de toilette et je peux, enfin, me laver, à l'eau froide, bien évidemment. Une fille de la prison me prête une serviette et une autre un pull. J'apprends qu'il y a des poux et qu'on risque de me couper les cheveux....
Je tente de dormir un peu et on m'appelle enfin pour signer les papiers du juge. J'hésite à signer car tout le monde m'a prévenu de ne rien signer sans les avocats. Je me concentre pour bien comprendre ce qui est écrit.
Je dois sortir le soir. Les avocats me préviennent que je dois passer par le centre de 'migracion' parce que je suis étrangère.
On vient me chercher dans la cellule à 23h environ. Je dois repasser la visite médicale. La doctoresse râle parce qu'elle veut voir la fin de son feuilleton.
Je pars une nouvelle fois en blindé. Le garde a fermé la petite fenêtre entre l'arrière et les conducteurs et je me retrouve dans le noir complet. Je ne vois rien de l'extérieur et le stress me gagne.
Finalement le moteur s'arrête. Il m'ouvre la porte et je me retrouve dans une cours où il y a des bureaux. Que des hommes en uniforme. Je ne suis pas très rassurée. On me dit d'avancer, on me demande mon identité, on fait l'inventaire de 'mes affaires'. Comme une idiote, je n'avais pas compris que je devrais 'rester' au centre migratoire. Là, je fonds en larmes en demandant pourquoi je dois encore être enfermée?? Les gardes, manifestement désemparés par ma réaction, me disent doucement que ce n'est pas une prison, que je dois me calmer 'mi hija' (ma fille), qu'ils me renverront dans mon pays bientôt. Mais moi, je ne veux pas retourner dans mon pays, j'ai l'audience le lundi pour la garde de Zoran !!
Une femme arrive et m'emmène. Re-visite médicale. On confisque mes lacets.
J'arrive dans le dortoire, je suis étonnée, tout est propre, il ya des matelas et des couvertures! Je me dis qu'au moins je vais pouvoir dormir. De toute façon, je suis exténuée.
Le lendemain matin, je fais connaissance de 'mes camarades de chambre', elles sont quasiment toutes là parce qu'elles voulaient aller aux Etats-Unis. On se lave et je me rends compte que je suis habillée avec les vêtements de la prison... On va déjeuner (un vrai, cette fois) et je vois des femmes avec des bébés, des enfants... certaines sont là depuis des mois. 
Elles me disent que le directeur n'est pas là le dimanche et que je ne pourrais pas partir avant lundi.
Je vais téléphoner aux avocats, je suis très énervée.
Peu de temps après, on m'appelle pour un énième questionnaire et je rencontre le sous-directeur qui me dit que tout est en ordre pour moi, que je n'ai rien à faire ici. Il lui faut juste le papier migratoire qu'on m'a donné à l'aéroport. Les avocats n'ont plus qu'à l'amener.
J'apprendrais par la suite que c'est grâce à Mme Navarro, vice-consule, que je peux sortir si rapidement. Elle a pu téléphoner au sous-directeur et lui expliquer la situation.
Je ne tiens plus en place. Je veux sortir.
Pourtant il me faudra attendre jusquà 17h!!!
Enfin, je sors après quelques photos.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Radenkovic Hélène
commenter cet article

commentaires

vanessa 16/07/2009 09:13

Tous les jours nous ouvrons votre Blog en esperant lire de bonnes nouvelles, et que les choses évoluent dans le bon sens. Courage.