Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
 

Dieppe, le 3 décembre 2008

 


Monsieur le Président de la République,



Je me permets de vous écrire pour vous informer de la suite de mon dossier ************** et implorer une fois de plus votre aide.

Pour épargner à Zoran et à nous tous, une exécution forcée de l'arrêt de la Cour d'Appel, j'ai décidé de le « remettre » (c'est le terme employé) à son père, M. W., sous contrôle de Maître C., Huissier de Justice, à l'hôtel * à Rouen, le vendredi 28 novembre 2008 à 18h30.

Très peu de personnes ont voulu m'écouter dans cette histoire et personne n'a « pu » m'aider. Aujourd'hui, je me trouve certes amputée de la moitié de moi-même mais dans la « légalité ». Comme prévu, M. W. n'a donné aucune nouvelle de Zoran : j'ai envoyé des mails, les anciens numéros de téléphone ne fonctionnent plus, nous avons contacté l'Ambassade de France au Mexique etc... A ce jour, je sais seulement, grâce à Mme le Consul mexicain à Paris, que Zoran a effectivement rejoint le Mexique.

M. W. a déposé au moins deux plaintes contre moi au Mexique, dont une pour soustraction de mineur. Mon amie Stéphanie L. a été convoquée là-bas dans des conditions plus qu'intimidantes à ce sujet et est entièrement prête à témoigner des méthodes employées sur place.

Je réitère ma question : arrêtée, incarcérée, comment puis-je réclamer mes droits de mère sur Zoran ? Je vous le demande, dois-je oublier cet enfant que j'ai porté, allaité pendant huit mois, auquel j'ai tenté de donner durant un an et demi un environnement stable, loin de la folie de son père et de la corruption mexicaine ? Dites-moi, comment dois-je faire le deuil d'un enfant qui n'est pas mort ? Comment survivre pendant que mon enfant grandit loin de moi avec l'idée que je l'ai abandonné, éduqué par des personnes dirigées par des valeurs qui leur permettent d'écrire d'ignobles faux-témoignages ?

Si la politique ne se mêle de la Justice, comme j'ai pu l'entendre, ayez l'humanité de répondre à mes questions.

Comment se fait-il que M. W. lors de ses déplacements en France pour les audiences de tribunal et pour voir Zoran, ait bénéficié des services du Consulat mexicain et que moi, Française, vivant dans un pays de droits, je n'y aie pas accès ?

A l'heure actuelle, je suis partagée entre la douleur et la colère mais je ne peux pas me résoudre à admettre qu'une telle monstruosité existe dans ce monde.

Nous sommes des centaines de personnes à vouloir comprendre comment de telles décisions de Justice sont prises quand il s'agit d'un enfant de 19 mois.

J'ose espérer une réponse rapide de votre part, car je ne baisserai les bras que quand je saurai comment va mon fils.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président de la République, l'expression de mon profond respect.



Hélène Radenkovic


(J'ai pris le soin de retirer certains noms...)

Partager cette page

Repost 0
Published by